Devred depuis 1902 (66)

Devred, une histoire d’hommes
I
1902 — 1914
Fonder
Portrait d’Henri Devred, vers 1910 Portrait d’Henri Devred, vers 1910
Portrait d’Henri Devred vers 1910.
Henri Devred
un fondateur visionnaire

L’histoire débute en 1902. Henri Devred, entrepreneur visionnaire, s’inspire des grands magasins parisiens généralistes en ouvrant sa première maison, à Amiens, rue des Troix Cailloux. Son Grand Bon Marché propose des vêtements tout faits et sur mesure pour hommes, jeunes gens et enfants. Un concept exclusivement dédié à la mode masculine, pour le plus grand bonheur des hommes.

Les employés de la Maison Henri Devred devant le magasin d’Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1908. Les employés de la Maison Henri Devred devant le magasin d’Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1908.
Les employés de la Maison Henri Devred devant le magasin d’Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1908.
La vaste maison mère Henri Devred à Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1909. La vaste maison mère Henri Devred à Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1909.
La vaste maison mère Henri Devred à Amiens, rue des Trois Cailloux, vers 1909.
Couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905. Couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905.
Couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905.
« Devred habille les hommes en toutes circonstances », catalogue de vente, Amiens, printemps-été 1904. « Devred habille les hommes en toutes circonstances », catalogue de vente, Amiens, printemps-été 1904.
« Devred habille les hommes en toutes circonstances », catalogue de vente, Amiens, printemps-été 1904.
Quatrième de couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905. Quatrième de couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905.
Quatrième de couverture du catalogue de vente, Reims, collection automne-hiver 1905.
Couverture du catalogue de vente, collection printemps-été 1904. Couverture du catalogue de vente, collection printemps-été 1904.
Couverture du catalogue de vente, collection printemps-été 1904.
Magasin et atelier de fabrication Henri Devred, Dijon, vers 1910. Magasin et atelier de fabrication Henri Devred, Dijon, vers 1910.
Magasin et atelier de fabrication Henri Devred, Dijon, vers 1910.

Picard précocément orphelin, Henri Devred s’est formé à tous les métiers de l’art de la vente et de la confection : de commis à directeur de magasin. Le rêve devient réalité : il édifie un temple à la gloire de l’élégance masculine.
Rapidement, Devred essaime ses maisons dans les capitales du Nord. Sa signature : un savoir-faire inimitable, une qualité irréprochable, et des prix imbattables. Son slogan : « Devred habille tous les hommes. »
En 1914, Henri Devred décède à 47 ans. Huit maisons portent alors son nom, synonyme d’une élégance accessible.

Homme vêtu d’un costume veston, détail du catalogue de vente, collection printemps-été 1904. Homme vêtu d’un costume veston, détail du catalogue de vente, collection printemps-été 1904.
Homme vêtu d’un costume veston, détail du catalogue de vente, collection printemps-été 1904.
II
1914 — 1947
Fortifier
Portrait de Léontine Devred, vers 1910. Portrait de Léontine Devred, vers 1910.
Portrait de Léontine Devred, vers 1910.
Léontine Devred
une femme du siècle

À l’origine de l’histoire Devred, il y a aussi une femme : Léontine. Au décès d’Henri Devred, à la veille de la Grande Guerre, sa veuve Léontine prend la direction des Maisons, accompagnée de son fils aîné René. Dotée d’une personnalité forte et indépendante, elle sait s’entourer pour assurer le développement de la maison. Elle parvient à transmettre la passion d’Henri pour la confection et la vente. Elle poursuit son œuvre, à la fois généreuse et ambitieuse.

Couverture du catalogue de vente, Reims, collection printemps-été 1931. Couverture du catalogue de vente, Reims, collection printemps-été 1931.
Couverture du catalogue de vente, Reims, collection printemps-été 1931.
Atelier de coupe situé au sein de la maison amiénoise, rue des Trois Cailloux, vers 1930. Atelier de coupe situé au sein de la maison amiénoise, rue des Trois Cailloux, vers 1930.
Atelier de coupe situé au sein de la maison amiénoise, rue des Trois Cailloux, vers 1930.
Devred et l’art du slogan, « Devred vend bon, beau et bon marché », catalogue de vente, collection printemps-été 1936. Devred et l’art du slogan, « Devred vend bon, beau et bon marché », catalogue de vente, collection printemps-été 1936.
Devred et l’art du slogan, « Devred vend bon, beau et bon marché », catalogue de vente, collection printemps-été 1936.
Fiche de mesures pour costumes ou pardessus, vers 1940. Fiche de mesures pour costumes ou pardessus, vers 1940.
Fiche de mesures pour costumes ou pardessus, vers 1940.
Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925. Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925.
Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925.
Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925. Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925.
Atelier de confection, Amiens, rue Victor Hugo, vers 1925.
« La supériorité par la spécialité », catalogue de vente, collection printemps-été 1925. « La supériorité par la spécialité », catalogue de vente, collection printemps-été 1925.
« La supériorité par la spécialité », catalogue de vente, collection printemps-été 1925.
Maison Devred édifiée par Brassart-Mariage, Saint-Quentin, rue de la Sellerie, 1922. Maison Devred édifiée par Brassart-Mariage, Saint-Quentin, rue de la Sellerie, 1922.
Maison Devred édifiée par Brassart-Mariage, Saint-Quentin, rue de la Sellerie, 1922.
Magasin provisoire, Saint-Quentin, 1920. Magasin provisoire, Saint-Quentin, 1920.
Magasin provisoire, Saint-Quentin, 1920.

Devred traverse les deux guerres mondiales. Ravages, exil... Léontine n’abandonne jamais. Sur chaque ruine, elle fait dresser des magasins provisoires. Sur chaque atelier dévasté, elle en érige de nouveaux toujours plus modernes. Sans cesse, elle protège ses employés. Toujours et encore, « Devred vend bon, beau et bon marché. »
Léontine s’éteint en 1947 à 73 ans. Son plus jeune fils, Henri, prend la relève.

Des architectures au service du client, pages intérieures du catalogue de vente, 1922. Des architectures au service du client, pages intérieures du catalogue de vente, 1922.
Des architectures au service du client, pages intérieures du catalogue de vente, 1922.
III
1947 — 1967
S’affirmer
« Devred a 50 ans ! », catalogue de vente, collection printemps-été 1952.

Henri Devred, deuxième du nom, reçoit en héritage la modernité et l’audace de ses parents. Les baraquements provisoires laissent place à de nouveaux temples. De grands architectes œuvrent à la reconstruction, en inscrivant durablement Devred dans le paysage architectural des centres-ville du Nord de la France.

Salle de coupe, rue Pierre Dubois, Amiens, 1951. Salle de coupe, rue Pierre Dubois, Amiens, 1951.
Salle de coupe, rue Pierre Dubois, Amiens, 1951.
Atelier de fabrication, Amiens, 1951 Atelier de fabrication, Amiens, 1951
Atelier de fabrication, Amiens, 1951.
« Trois méthodes pour être bien habillé... », catalogue de vente, Amiens, vers 1951 « Trois méthodes pour être bien habillé... », catalogue de vente, Amiens, vers 1951
« Trois méthodes pour être bien habillé... », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Devred ne vous vend pas un vêtement, il vous habille », catalogue de vente, Amiens, vers 1951. « Devred ne vous vend pas un vêtement, il vous habille », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Devred ne vous vend pas un vêtement, il vous habille », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Trois formules modernes », catalogue de vente, Amiens, vers 1951. « Trois formules modernes », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Trois formules modernes », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Une réputation de modernisme », catalogue de vente, Amiens, vers 1951. « Une réputation de modernisme », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.
« Une réputation de modernisme », catalogue de vente, Amiens, vers 1951.

Reconstruits en 1951, les ultramodernes ateliers d’Amiens fonctionnent jusqu’à la cessation de la confection chez Devred en 1967. Devred s’inscrit dans le mouvement de démocratisation qui met le chic à la portée du quotidien de tous les Français. Et porte toujours le même message : « Devred ne vous vend pas un vêtement, il vous habille. »

« L’élégance française », extrait du catalogue de vente, Amiens, 1952. « L’élégance française », extrait du catalogue de vente, Amiens, 1952.
« L’élégance française », extrait du catalogue de vente, Amiens, 1952.
IV
1967 — 1996
Se réinventer
« La place à la mode », encart publicitaire, Lorient, vers 1985. « La place à la mode », encart publicitaire, Lorient, vers 1985.
« La place à la mode », encart publicitaire, Lorient, vers 1985.

En 1967, la troisième génération des Devred entre en scène. Ayant en main un riche patrimoine immobilier, un savoir-faire d’excellence et une vraie passion de la vente, les enfants d’Henri fils repositionnent l’entreprise. Celle-ci se sépare de ses ateliers sur-mesure, et bénéficie d’un accès direct aux façonniers et fabricants français qui rendent le travail du style possible. Dans les années 1970, Devred ouvre ses premiers magasins dans les centres commerciaux de France.

« Devred habille bien l’homme », échantillon textile, Amiens, vers 1975. « Devred habille bien l’homme », échantillon textile, Amiens, vers 1975.
« Devred habille bien l’homme », échantillon textile, Amiens, vers 1975.

Dans les années 1980, Devred réinvente et optimise sa communication. Cette dynamique permet un rajeunissement de l’image nécessaire face à une concurrence de plus en plus présente.
Les concepts de magasin se succèdent jusqu’à l’ambiance urbaine qui a marqué la fin des années 1990.
La boutique Devred fait vivre à ses clients une expérience d’achat unique et met un point d’honneur à assurer un service d’exception.

Devanture de magasin, Dijon, vers 1970. Devanture de magasin, Dijon, vers 1970.
Devanture de magasin, Dijon, vers 1970.
V
1996 — aujourd’hui
Transcender
« Codex », catalogue de la collection automne-hiver 2016. « Codex », catalogue de la collection automne-hiver 2016.
« Codex », catalogue de la collection automne-hiver 2016.

Réconcilier l’entreprise d’aujourd’hui et ses racines, c’est le défi lancé par la famille Devred à ses successeurs. En 1996, la famille Devred se tourne vers le groupe français Omnium pour l’accompagner dans l’aventure d’un siècle. Elle lui transmet ses valeurs, son outil, son histoire afin d’accroître son développement.

« Codex », catalogue de la collection printemps-été 2018. « Codex », catalogue de la collection printemps-été 2018.
« Codex », catalogue de la collection printemps-été 2018.

Devred devient Devred 1902. La marque se donne pour mission d’accompagner les hommes dans leur quête d’élégance pour répondre à leur aspiration à montrer le plus beau et le meilleur d’eux-mêmes. « C’est beau un homme ». En dévoilant son histoire, Devred révèle ainsi sa raison d’être, son identité et les valeurs qui ont créé les conditions de sa pérennité.

Vitrine du centre commercial Qwartz, Villeneuve-la-Garenne, Printemps-Été 2017.
Vitrine, centre commercial Qwartz, Villeneuve-la-Garenne, printemps-été 2017 Vitrine, centre commercial Qwartz, Villeneuve-la-Garenne, printemps-été 2017
Vitrine du centre commercial Qwartz, Villeneuve-la-Garenne, printemps-été 2017.